Arbrealettres

Poésie

Casida de l’assoiffé (Miguel Hernandez)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2017



Casida de l’assoiffé

Sable du désert
je suis: désert de soif.
Oasis est ta bouche
ou il m’est interdit de boire.

Bouche: oasis ouverte
à tous les sables du désert.

Humide point au milieu
d’un monde embrasé,
celui de ton corps, le tien,
qui n’est jamais à nous deux.

Corps: puits fermé
que la soif et le soleil ont calciné

(Miguel Hernandez)

Illustration: Antoine Picard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :