Arbrealettres

Poésie

Le tombeau (Georges Bataille)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



Le tombeau

(extraits)

Un long pied nu sur ma bouche
Un long pied contre le cœur
Tu es ma soif, ma fièvre

pied de whisky
pied de vin
pied fou de terrasser

Ô ma cravache ma douleur
talon très haut me terrassant
je pleure de ne pas mourir

Ô soif
inapaisable soif
désert sans issue

Sous l’aile bourrasque de mort où je crie
aveugle, à deux genoux
et les orbites vides

Couloirs où je ris d’une nuit insensée
couloirs où je ris dans le claquement des portes
où j’adore une flèche
et j’éclate en sanglots

Le coup de clairon de la mort
mugit dans mon oreille
Au delà de ma mort
un jour
la terre tourne dans le ciel

Je suis mort et les ténèbres
altèrent
le sans finir avec le jour
L’univers m’est fermé

En lui je reste aveugle
accordé au néant
Le néant n’est que moi-même
L’univers n’est que ma tombe

Le soleil n’est que la mort
Mes yeux sont l’aveugle foudre
mon cœur est le ciel où l’orage éclate

En moi-même
au fond d’un abîme
l’immense univers
est la mort

Je suis la fièvre
le désir
je suis la soif

la joie qui retire la robe
et le vin qui fait rire
de n’avoir plus de robe

Dans un bol de gin
une nuit de fête
les étoiles tombent du ciel

Je lampe la foudre à longs traits
Je vais rire aux éclats
la foudre dans le cœur

(Georges Bataille)

Illustration: Pascal Renoux

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :