Arbrealettres

Poésie

En prison (Luo Binwang)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2017



En prison, le poète entend chanter la cigale

La voix de la cigale a résonné,
du côté de la route occidentale;
Elle jette dans une rêverie profonde
l’hôte qui porte un bonnet du midi.

Comment supporterais-je patiemment
la vue de ce frêle insecte,
Qui vient, tout près de ma tête blanche,
répéter son chant douloureux !

La rosée, trop lourde pour ses ailes,
appesantit sa marche,
et l’empêche de prendre son vol ;

Le vent, qui souffle avec violence,
emporte ses cris étouffés.

Les hommes ne veulent pas croire
à ce qu’il y a de pur et d’élevé
(dans le secret de son existence).
Puis-je espérer qu’il s’en trouve un,
pour faire connaître à tous
ce que renferme mon cœur ?

(Luo Binwang)

 

 

Advertisements

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :