Arbrealettres

Poésie

Le poète prend congé d’un ami (Chen Zi’ang)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2017



Le poète prend congé d’un ami

La lampe d’argent laisse échapper sa fumée bleue,
Des vases d’or étincellent sur une table servie magnifiquement ;
Ne pensons qu’à l’accord harmonieux de nos luths
tandis que nous sommes réunis dans cette charmante demeure ;

Je ne veux songer aux routes qui m’attendent
qu’à l’heure où il faudra nous séparer.
Quand cette lune brillante
aura disparu derrière les grands arbres,
Quand les premières lueurs du jour
effaceront la blanche clarté du fleuve céleste,

Alors il sera temps de s’acheminer
vers le lointain pays de Lo-yang ;
Mais ces doux instants passés ensemble,
hélas ! quand pourrons-nous les retrouver ?

(Chen Zi’ang)

 

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :