Arbrealettres

Poésie

Archive for 15 avril 2017

Pavillon sur le fleuve (Wei Tch’eng-Kang)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



 

Pavillon sur le fleuve

Seul je bois le vin du printemps parfumé.
Montant sur le pavillon, déjà je suis ivre à moitié.
Qui a troublé les oies sauvages alignées?
Elles s’élancent dans l’air, en brisant les nuages sur le fleuve.

(Wei Tch’eng-K’ng)

 

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En écoutant la guitare (Li Toan)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



En écoutant la guitare

La guitare aux frêles chevilles d’or chante…
Les mains blanches, devant le chevalet de jade,
Pour retenir le regard de Tcheou-Lang,
A dessein se trompent de cordes.

(Li Toan)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le luth (Po Kiu-Yi)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



Le luth

Le luth est posé sur l’escabeau recourbé,
Je m’assieds, indolent et plein d’émotion.
Est-il besoin que je touche les cordes?
Le vent les effleure, des notes jaillissent toutes seules.

(Po Kiu-Yi)

 Illustration: Totoya Hokkei

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je voyage (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



Dans les puits creusés par la voix
Dans la voix
Dans le nombre entre le chiffre et le chiffre
Dans la pulsion entre le Sens et sa Soeur
Entre la veine du poignet et le cou
Je voyage

Dans le train du sommeil et de l’éveil,
Dans son tremblement qui va à la mort qui vient de l’enfance,
Dans le mouvement qui entre ses roues accélère, ralentit, et se bloque
Qui descend et monte, mouvement de la peau,
des barricades et des frontières dans
Le royaume de la peau, mouvement de lancer, de pousser, de tirer, mouvement
De la destruction, de la véhémence et de l’explosion,
mouvement de la bulle et de la mort juste avant
La mort entre le tonnerre et le signe entre le mot et la gorge
Je voyage

A l’extérieur des formes — l’image et son contraire
Rivages envahis de coquillages
A l’extérieur du coquillage
Je voyage

Je monte, j’explose
Je m’habille du bruit de la mer et du tremblement

Je tangue avec la terreur
Je me libère du repentir, des sermons, du retour
Je me libère de la patience
De mon sang et de l’Histoire qui dort en lui
Je me fragmente, je me dénude, j’inspire tout bas
moi-même contre moi-même
Je me mets à l’extérieur de toute chose et je demande
A la svelte folie de dérober mes cils comme une brise d’ouest

Je coupe, je romps, je me sépare
Je me cache sous mes deux lèvres
Loin loin loin

Dans la lumière dans les ténèbres
Dans le silence dans l’oubli
Dans une langue qui altère la parole
Dans une pluie qui change les saisons
Dans la soif audacieuse et la marche gratuite

Loin loin loin

De ce qui pèse et freine
De ce qui incline, attache, enferme
De ce qui favorise, concilie, enseigne
De ce qui satisfait, apaise, séduit

Loin loin

Là où je deviens l’éclair, la racine flottante la racine
Je voyage


Où le mur et le mur la chaise et le mur le tabac et le mur
sont dans un dialogue perpétuel
Où l’heure est trompe, le journal goéland ou colombe
Où le corps est tapis
Et le pain magicien aux milliers de masques
Et le corps présence et théâtre
Je voyage je voyage

Là — dans l’herbe sèche entre la veine et la veine
Dans la chaise couverte de la nuit
Dans mes livres ces peuples malades qui s’enlacent
et dorment autour de moi
Je voyage

(Adonis)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ARBRE DE L’ORIENT (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



ARBRE DE L’ORIENT

Moi je suis devenu miroir :
J’ai inversé toute chose
J’ai marqué de ton feu le rite de l’eau et des plantes
J’ai marqué le son de la voix et le son de l’appel

Et je t’ai vu deux:
Toi et cette perle qui vogue dans mes yeux

Deux amants sommes devenus l’eau et moi :
Je nais au nom de l’eau
L’eau naît en moi

Jumeaux sommes devenus l’eau et moi.

(Adonis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ETONNEMENT CAPTIF (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



ETONNEMENT CAPTIF

Réfugié à l’ombre
au milieu des fleurs et des herbes,
je construis une île

J’unis la branche aux rivages
Et quand disparaissent
les ports et noircissent les lignes

Je revêts l’étonnement captif
De l’aile des papillons

Derrière la forteresse
des épis et la lumière
dans la patrie de la fragilité.

(Adonis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu as dit (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



 

Tu as dit : Mon visage est navire, mon corps est une île,
et l’eau, organes désirants.
Tu as dit : Ta poitrine est une vague,
nuit qui déferle sous mes seins.

Le soleil est ma prison ancienne,
Le soleil est ma nouvelle prison,
La mort est fête et chant.

M’as-tu entendu ? Je suis autre que cette nuit, autre
Que son lit souple et lumineux.
Mon corps est ma couverture, tissu
Dont j’ai cousu les fils avec mon sang.
Je me suis égaré et dans mon corps était mon errance…

J’ai donné les vents aux feuilles,
J’ai laissé derrière moi mes cils,
De rage j’ai joué l’énigme avec la divinité
Et j’ai habité l’évangile de l’allaitement
Pour découvrir dans mes vêtements
la pierre itinérante

M’as-tu reconnu ? Mon corps est ma couverture,
La mort est mon chant et palais de mes cahiers,
L’encre m’est tombe et antichambre,
Mappemonde clivée par la désolation
En laquelle le ciel a vieilli,
Luge noire que traînent les pleurs et la souffrance.

Me suivras-tu ? Mon corps est mon ciel,
J’ai ouvert tout grand les couloirs de l’espace
J’ai dessiné derrière moi mes cils,
Routes menant vers une idole antique.

Me suivras-tu ? Mon corps est mon chemin.

(Adonis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le visage de l’horizon (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



 

Sur le visage de l’horizon
coulent les larmes du temps
Laisse ta poésie
les transformer en étoiles

(Adonis)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poésie (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



 

Poésie – en elle
le tragique refuse de s’habiller
autrement que des robes de la joie

(Adonis)

Illustration: Viviane-Josée Restieau

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout instant de poésie (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



 

Tout instant de poésie – jaillissement d’éclats
dans le ruisseau de la lumière

(Adonis)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :