Arbrealettres

Poésie

ETONNEMENT CAPTIF (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



ETONNEMENT CAPTIF

Réfugié à l’ombre
au milieu des fleurs et des herbes,
je construis une île

J’unis la branche aux rivages
Et quand disparaissent
les ports et noircissent les lignes

Je revêts l’étonnement captif
De l’aile des papillons

Derrière la forteresse
des épis et la lumière
dans la patrie de la fragilité.

(Adonis)

 

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :