Arbrealettres

Poésie

Au moment où je fermais (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2017



Au moment où je fermais la dernière fenêtre de ma chambre
Pour m’endormir
La lune mélangeait son corps à celui du lac

Dans le peuplier incliné
Il m’a semblé entendre une voix chuchoter :
Où est ton corps?

Comme si :
Le peuplier
Le lac,
La lune,
La nuit,
Et moi,
N’étions qu’une même robe

(Adonis)

 

 

Advertisements

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :