Arbrealettres

Poésie

Archive for 18 avril 2017

Les ombres du soir (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Les ombres du soir tombent épaisses et profondes;
elles assombrissent le coeur
et enveloppent le corps et l’esprit.
Ouvre ta fenêtre au couchant
et perds-toi dans le ciel de l’amour.

Bois le miel sucré
que distillent les pétales du lotus du coeur.
Laisse-toi pénétrer par les flots de la mer;
quelle splendeur il y a en elle !
Écoute : le son des conques marines et des cloches s’élève.

Kabîr dit : « Ô frère; regarde, le Seigneur est dans ce vase, qu’est mon corps. »

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô ami le corps est Sa lyre (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Ô ami le corps est Sa lyre.
Il tend ses cordes
et fait résonner la mélodie de Brahma.

Si les cordes cassent et que les clefs lâchent,
alors, instrument de poussière,
le corps retourne à la poussière.

Kabîr dit : « Nul autre que Brahma ne peut évoquer de telles mélodies. »

(Kabîr)

 Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a que de l’eau (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Il n’y a que de l’eau dans les bains sacrés;
je sais qu’ils sont sans efficacité,
car je m’y suis baigné.

Les saintes images sont sans vie ;
elles ne peuvent parler;
je le sais car j’ai crié vers elles.

Le Purana et le Coran ne sont que des mots ;
j’ai levé le voile et j’ai vu.

Kabîr laisse parler l’expérience;
il sait que tout le reste est mensonge.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ris (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Je ris quand j’entends dire
que le poisson dans l’eau a soif.

Tu ne vois pas que le Réel est dans ta maison
et tu erres insouciant de forêt en forêt.

Chez toi est la Vérité !
Va où tu veux, à Bénarès ou à Mathura :
si tu ne trouves pas ton âme,
le monde pour toi est sans réalité.

(Kabîr)

Illustration: Sol Halabi

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La bannière cachée (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



La bannière cachée est plantée dans le temple du Ciel.
Là le baldaquin d’azur orné de lune
et serti de joyaux brillants est éployé.
Là brille la lumière du Soleil et de la lune.

Apaise ton âme et contemple cette splendeur en silence.

Kabîr dit : « Celui qui a bu de ce nectar tombe en délire. »

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est un arbre étrang (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Il est un arbre étrange qui se dresse sans racines
et qui porte des fruits sans avoir fleuri.
Il n’a ni branches, ni feuilles; c’est un pur Lotus.

Deux oiseaux y chantent : l’un est le Maître et l’autre est son disciple.
Le disciple choisit les nombreux fruits de la vie et les goûte;
le Maître le contemple avec joie.

Ce que Kabîr dit est difficile à comprendre :
« L’oiseau ne peut être atteint
et cependant il est clairement visible.
Le Sans-Forme est au sein de toutes formes.
Je chante la gloire des formes. »

(Kabîr)

Illustration: Blog de Tanakia

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai apaisé (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



J’ai apaisé l’angoisse de mon âme
et mon coeur est rayonnant
car, dans l’État où je suis,
j’ai vu au-delà de cet État.
Comme un compagnon j’ai vu le suprême Camarade.

Vivant esclave je me suis libéré;
je me suis arraché aux griffes de toute étroitesse.

Kabîr dit : « J’ai atteint l’inaccessible et mon
coeur est coloré des couleurs de l’amour.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La confiance (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



La confiance est la matière première de celui qui regarde :
c’est en elle que grandit la lumière.

La confiance est la capacité enfantine
d’aller vers ce que l’on ne connaît pas
comme si on le reconnaissait.

« Tu viens d’apparaître devant moi
et je sais qu’aucun mal ne peut me venir de toi puisque je t’aime,
et c’est comme si je t’aimais depuis toujours. »

La confiance est cette racine minuscule
par laquelle le vivant entre en résonance avec toute la vie
— avec les autres hommes, les autres femmes,
comme avec l’air qui baigne la terre
ou le silence qui creuse un ciel.

Sans confiance, plus de lien et plus de jour.
Sans elle, rien.

(Christian Bobin)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je t’aime (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Je t’aime.
Je t’aime et dans cet amour
fleurit la plus grande vue de toi,
une image où tu es libre,
une image de drap blanc et ciel pur,

je n’entre pas dans cette image, mon amour,
je n’y entrerai jamais,
tu y es seule, libre d’y dormir,
d’y sourire et même d’y disparaître,

je te regarde, je t’aime
et t’aimant je te vois dans la nuée de ta vie blanche,
dans la douceur de cette vie venue à toi
et dont toi seule connaîtras jamais le goût,

je t’aime donc je te vois
et tu es libre dans cette vue.

(Christian Bobin)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :