Arbrealettres

Poésie

J’ai apaisé (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



J’ai apaisé l’angoisse de mon âme
et mon coeur est rayonnant
car, dans l’État où je suis,
j’ai vu au-delà de cet État.
Comme un compagnon j’ai vu le suprême Camarade.

Vivant esclave je me suis libéré;
je me suis arraché aux griffes de toute étroitesse.

Kabîr dit : « J’ai atteint l’inaccessible et mon
coeur est coloré des couleurs de l’amour.

(Kabîr)

 

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :