Arbrealettres

Poésie

Les ombres du soir (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Les ombres du soir tombent épaisses et profondes;
elles assombrissent le coeur
et enveloppent le corps et l’esprit.
Ouvre ta fenêtre au couchant
et perds-toi dans le ciel de l’amour.

Bois le miel sucré
que distillent les pétales du lotus du coeur.
Laisse-toi pénétrer par les flots de la mer;
quelle splendeur il y a en elle !
Écoute : le son des conques marines et des cloches s’élève.

Kabîr dit : « Ô frère; regarde, le Seigneur est dans ce vase, qu’est mon corps. »

(Kabîr)

 

 

Advertisements

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :