Arbrealettres

Poésie

Ô ami le corps est Sa lyre (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2017



Ô ami le corps est Sa lyre.
Il tend ses cordes
et fait résonner la mélodie de Brahma.

Si les cordes cassent et que les clefs lâchent,
alors, instrument de poussière,
le corps retourne à la poussière.

Kabîr dit : « Nul autre que Brahma ne peut évoquer de telles mélodies. »

(Kabîr)

 Illustration

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :