Arbrealettres

Poésie

Jadis je jouais jour et nuit (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2017



Jadis je jouais jour et nuit avec mes camarades
et maintenant j’ai peur.

Si élevé est le palais de mon Seigneur
que mon coeur tremble d’y monter :

pourtant je ne dois pas être craintive
si je veux jouir de Son amour.

Mon coeur doit s’attacher à mon Bien-Aimé;
je dois écarter mon voile
et unir tout mon être à Lui.

Mes yeux feront l’office
de lampes d’amour.

Kabîr dit : « Écoute, mon amie, Il comprend qui l’aime.
Si tu ne languis pas d’amour pour ton Unique Bien-Aimé,
il est inutile d’orner ton corps;
il est vain de mettre de l’onguent sur tes paupières. »

(Kabîr)

Illustration

 

Advertisements

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :