Arbrealettres

Poésie

Archive for 25 avril 2017

Sous le grand parasol de mon Roi (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



Sous le grand parasol de mon Roi
brillent des millions de soleils, de lunes et d’étoiles.

Il est l’Esprit dans mon esprit;
Il est l’oeil dans mon oeil.

Ah ! puissent mon esprit et mes yeux ne faire qu’un !
Puisse mon amour atteindre mon Bien Aimé !
Puisse la fièvre ardente de mon coeur être refroidie.

Kabîr dit : « Quand l’amour et l’Amoureux s’unissent,
alors l’amour atteint la perfection. »

(Kabîr)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Accroche aujourd’hui (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



Accroche aujourd’hui la balançoire de l’amour !
Suspends ton corps et ton esprit entre les bras du Bien-Aimé dans l’extase de la joie d’amour.

Approche de tes yeux les flots de larmes des nuages gros de pluie
et recouvre ton coeur des ombres de la nuit.

Approche ton visage de Son oreille
et murmure Lui les plus profondes aspirations de ton âme.

Kabîr dit : « Écoute-moi, frère !
Porte la vision de ton Bien-Aimé dans ton coeur. »

(Kabîr)

Illustration: Federico Godoy y Castro

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Amour seul peut pénétrer le monde (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



Le Seigneur est en moi ;
le Seigneur est en toi comme la vie est dans chaque semence !

Ô mon Serviteur renonce à un faux orgueil et cherche en toi ton Seigneur.
Un million de soleils rayonnent de lumière.
Un océan de bleu s’étend au ciel.

La fièvre de la vie s’apaise et tous mes péchés sont lavés,
quand je demeure au sein même du monde.

Écoute les cloches et les tambours de l’Éternité ! Prends ton délice dans l’amour !
La pluie tombe sans eau et les rivières sont des torrents de lumière.

L’Amour seul peut pénétrer le monde
et peu nombreux sont ceux qui savent ces choses.

Ils sont aveugles ceux qui veulent les voir à la lumière de la Raison,
de cette raison qui est la cause de la séparation.
Le palais de la Raison est très lointain !

Combien Kabîr est béni de pouvoir, au sein de la joie infinie,
chanter en lui-même le chant de la rencontre de l’âme avec l’Âme,
le chant d’oubli des souffrances,
le chant qui surpasse tout ce qui pénètre en nous
et tout ce qui émane de nous.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ah! qui m’unira à mon Bien-Aimé ? (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



 

Le mois de mars approche;
Ah! qui m’unira à mon Bien-Aimé ?

Comment trouverai-je des mots pour dire la beauté de mon Amoureux ?
Il se confond avec la beauté.

Sa couleur est dans toutes les images du monde;
elle enchante le corps et l’esprit.

Ceux qui connaissent sa beauté
savent combien sont ineffables les jeux de Sa création.

Kabîr dit : « Écoute-moi, mon frère !
Il y en a peu qui ont fait cette découverte. »

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je sais que mon amoureux ne peut pas être loin (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



Ô Narad !
je sais que mon amoureux ne peut pas être loin.

Quand mon amoureux s’éveille, je m’éveille;
quand Il dort, je dors.

Il sera anéanti celui qui afflige mon Bien-Aimé.
Là où l’on chante ses louanges, là je vis.

Quand Il marche, je marche devant Lui.
Mon coeur soupire après mon Bien-Aimé.

Un pèlerinage sans fin se déroule à Ses pieds
et des millions de dévots y sont prosternés.

Kabîr dit : « Le Bien-Aimé Lui-même
révèle la gloire du véritable amour. »

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Séparée de son amoureux (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



Séparée de son amoureux,
la femme file à son rouet.

La cité de son corps se dresse dans sa beauté
et le palais de l’esprit y a été construit.

Le rouet de l’amour tourne au ciel
et il est fait des joyaux du savoir.

Quels fils subtils tisse la femme
et combien elle les affine encore par son amour et son respect.

Kabîr dit : « Je tresse la guirlande des jours et des nuits;
quand mon amoureux viendra et que Ses pieds m’effleureront, je Lui offrirai mes larmes.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où irai-je (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



 

Où irai-je pour apprendre à connaître mon Bien-Aimé ?
Kabîr dit : « Tu ne trouveras jamais la forêt, si tu ne connais pas l’arbre;
ainsi jamais tu ne Le trouveras si tu Le cherches dans des abstractions. »

(Kabîr)

Illustration: Gustav Klimt

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La harpe (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



La harpe fait entendre une douce musique et la danse continue sans danseurs.
La musique est jouée sans doigts; elle est entendue sans oreilles; car Il est l’Oreille et Il écoute.
La porte est fermée, mais l’encens est à l’intérieur et le rendez-vous n’est vu de personne.
Le sage comprend ces paroles.

(Kabîr)

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vrai nom (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



Le vrai nom n’est semblable à aucun autre nom.
Distinguer entre le Conditionné et l’Inconditionné,
ce n’est qu’une question de mots.
L’Inconditionné est la graine ;
le Conditionné est la fleur et le fruit.
Le savoir est la branche;
le Nom est la racine.

Cherche la racine.
Tu seras heureux quand tu l’auras trouvée.

La Racine te conduira à la branche,
à la feuille, à la fleur et au fruit.

Ce sera ta rencontre avec le Seigneur
ce sera la réalisation de ta joie;
ce sera la réconciliation du conditionné et de l’inconditionné.

(Kabîr)

Illustration:Laura Zollar

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu veux ton bien (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



 

Kabîr dit : « Ô Sadhu! écoute mes immortelles paroles.
Si tu veux ton bien, fais-y grande attention : tu t’es séparé du Créateur de Qui tu es né;
tu as perdu la raison; tu as mérité la mort.

Toutes les doctrines, tous les enseignements viennent de Lui;
c’est en Lui qu’ils s’épanouissent.
Tiens cela pour certain et n’aie pas peur.
Entends de moi la nouvelle de cette grande vérité !

Quel nom psalmodies-tu et sur qui médites-tu ?
Ô sors de ce labyrinthe !

Il est, Lui, au coeur de toutes choses;
pourquoi te réfugier dans une vaine désolation ?

Si tu places le Maître loin de toi,
c’est donc seulement son éloignement que tu honores.

Si réellement le Maître est loin,
alors par quoi ce monde a-t-il été créé ?

Quand tu crois qu’Il n’est pas ici,
alors tu erres de plus en plus loin
et tu le cherches en vain dans les larmes.

Là où Il est loin, on ne peut L’atteindre,
là où Il est près, Il est la véritable félicité. »

Kabîr dit : « De peur que son serviteur ne souffre, Il le pénètre profondément.
Connais-toi donc, ô Kabîr, car Il est en toi de la tête aux pieds.
Chante de joie et affermis-toi inébranlablement dans ton coeur. »

(Kabîr)

Illustration: William Blake

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :