Arbrealettres

Poésie

J’habite à présent (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017




    
J’habite à présent les yeux des enfants,
je dispose la lumière pour mieux les voir,
le bleu se rapproche de la pupille.
Sur cette place qui m’en rappelle une autre
plus ancienne, les pigeons viennent
boire la solitude de mes mains.
Disons alors qu’un parfum soudain
me rapporte le soleil, une abeille,
ou ces yeux que j’habite à présent.

(Eugénio de Andrade)

 

Recueil: Matière solaire / Le poids de l’ombre / Blanc sur blanc
Traduction: Michel Chandeigne, Patrick Quillier et Maria Antonia Câmara Manuel
Editions: Gallimard

Publicités

2 Réponses to “J’habite à présent (Eugénio de Andrade)”

  1. Michèle said

    Belle découverte que cet auteur. Il coule de la tendresse entre ses lignes

    • arbrealettres said

      Quel beau et joyeux
      cours d’eau
      apaisant tous nos maux
      eaux caresses
      eaux élixir de jeunesse
      Merci la Tendresse

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :