Arbrealettres

Poésie

LE LIQUORIER (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017




    

LE LIQUORIER

Le goût de la liqueur commence dans l’idée liquorier.
Je prononce tout bas: liquorier. Quelle saveur
à l’oreille, dans la connaissance du cristal
indépendante de la liqueur-de-lait,
ce produit si raffiné de notre ville,
le secret de famille d’Oscarlina.

Ce liquorier, je le vois
délicieux en soi, même vide
en attente de liqueur, tellement
dans la forme travaillée
habite le goût parfumé
qui dans chaque prisme-lumière se distribue
au palais de la vue déjà savourant

— Qu’a donc cet enfant, à contempler
tout le temps le liquorier
quand même il n’y a rien dedans?
Mon Dieu, cet enfant est corrompu,
il a bu, rien qu’à regarder le liquorier!

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Recueil: La machine du monde et autres poèmes
Traduction: Didier Lamaison et Claudia Poncioni
Editions: Gallimard

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :