Arbrealettres

Poésie

Au réveil (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2017



Illustration
    
Au réveil elles étaient déjà là
entraînant le matin sur les toits :
peut-être venues avec les lumières
dévêtues de mars :

celui qui était éveillé aurait pu distinguer
leur chant des choses les plus infimes :
les feuilles nouvelles qui changent de couleur,
l’arrière

goût de la pluie, l’orgueil des chardons,
la nudité embarrassée des garçons,
la matinale et douloureuse
érection sans fin des animaux.

Les hirondelles n’arrivent pas toujours ainsi.
Celles-là, ce fut ainsi qu’elles arrivèrent.
Ce fut ainsi.

(Eugénio de Andrade)

 

Recueil: Matière Solaire / Poids de l’Ombre / Blanc sur Blanc
Traduction:Michel Chandeigne, Patrick Quillier, Maria Antonia Câmara Manuel
Editions: Gallimard

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :