Arbrealettres

Poésie

Peut-être qu’au terme du voyage (Max Alhau)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2017



    

Peut-être qu’au terme du voyage
nous pourrons sertir notre corps
d’une lumière sans partage
et que les mots, si blancs soient-ils,
combleront la mémoire
de ceux qui auront résisté
à l’inclémence, à la douleur :
nous en serons les veilleurs
à l’abri dans notre absence.

(Max Alhau)

 

Recueil: Présence de la Poésie
Editions: Editions des Vanneaux

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :