Arbrealettres

Poésie

Jour et nuit (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017



    

Jour et nuit une angoisse cruelle m’accable
et je ne peux dormir.

Je soupire après le rendez-vous que me fixera mon Bien-Aimé
et je n’ai plus aucun plaisir à demeurer dans la maison de mon père.

Les portes du ciel sont ouvertes; j’entre dans le temple;
je rencontre mon époux et je dépose à ses pieds
l’offrande de mon corps et de mon esprit.

(Kabîr)

 

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :