Arbrealettres

Poésie

De l’eau claire dans un bol brillant (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2017



I

De l’eau claire dans un bol brillant,
Des oeillets rose et blanc. La lumière
Dans la chambre plutôt comme un air neigeux
Qui reflète la neige. Une neige à peine tombée,
À la fin de l’hiver, quand les après-midi reviennent.
Des oeillets rose et blanc : on désire
Tellement davantage. Le jour même
Est simplifié : un bol de blanc,
De froid, une porcelaine froide, basse et ronde,
Avec rien d’autre que les oeillets.

II

Dites même que cette totale simplicité
Vous privait de vos tourments, cachait
Le moi vital, apaisé méchamment,
Et le rendait frais dans un monde
D’eau blanche et claire, aux bords brillants;
Mais on désirerait plus, on exigerait plus,
Plus qu’un monde de senteurs blanches et neigeuses.

III

Il resterait encore l’esprit jamais en repos,
De sorte qu’on voudrait s’échapper, revenir
À ce qui fut si longtemps paisible.
L’imparfait est notre paradis.
Notez que, dans cette amertume, le délice,
Puisque l’imparfait est si brûlant en nous,
Est tout en mots défectueux et sons têtus.

(Wallace Stevens)

Illustration

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :