Arbrealettres

Poésie

L’un et l’autre, s’efface (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2017



Le sonneur se suspend, s’élance,
Perd pied contre le mur,
Et monte: on dirait un fruit mûr
Que la branche balance.

Une fille passe. Elle rit
De tout son frais visage:
L’hiver de ce noir paysage
A-t-il soudain fleuri?

Je vois briller encor sa face,
Quand elle prend le coin.
L’Angélus et sa jupe, au loin,
L’un et l’autre, s’efface.

(Paul-Jean Toulet)

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :