Arbrealettres

Poésie

La jeune folle (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 9 juin 2017



La jeune folle

A travers le parc elle court,
à demie nue,
échevelée,

s’accroche aux grilles,
lèche le fer, appelle
les voyous qui lorgnent et ricanent.

On l’arrache,
on l’entraîne, les mains liées,
vers la plus haute chambre.

On crie scandale,
on dit: Qu’elle se taise!
De sa chevelure on l’étouffe.

Noire dans sa beauté,
si jeune, si béante
et d’un sanglot brûlée,

comme une vitre où le feu brusque passe,
vite laissant l’obscur,

elle s’éteint.

(Jean Joubert)

Illustration: Pascal Renoux

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :