Arbrealettres

Poésie

Le Mot (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2017



Le Mot

Que criait l’invisible bouche? Quelle gorge gonflée de pluie
soufflait dans l’ordre sec l’appel?

L’homme de nuit l’oiseau dans le creuset fondus,
unique alors et sur l’arbre dressé,
que cherchait-il, le coeur tendu, de ses ailes de rose?

(Silence clos, piège d’un astre à l’heure de l’envol.)

Toujours la quête, l’embuscade, et, sous le cri lunaire,
le fil ardent, le trébuchet des morts.

Que d’un remords comblé, que d’un essor le vent nous
arrache et nous porte
au feu de l’arbre, à son mépris, à l’extrême loi de la
sève:

lieu sans ombre, langue légère, libre de l’ossement,

(Jean Joubert)

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :