Arbrealettres

Poésie

Archive for 17 juin 2017

Je suis la neige qui brûle (Lucie Albertini)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2017



Je suis la neige qui brûle,

La châtaigne qui envie,
La braise et la cendre.

Transporte-moi où tu voudras,
Je reviendrai au coeur de toi.

Efface le mot, efface le mot
Mon hirondelle.

Je ne suis pas un oiseau.

Efface le mot, lâche ta plume.

Mais qu’attends-tu de moi ?

Arrive plus haut que l’étoile pâle,
Et ne questionne pas.

(Lucie Albertini)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un petit monsieur (Bernard Moreau)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2017



Un petit monsieur écrit
sur des bouts de papier
petit monsieur tout seul
cherche un ami me contacter

(Bernard Moreau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Soir de bataille (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2017



Soir de bataille
Les tigres dorment
sous les roses

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Soumise (Lucie Albertini)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2017



Soumise comme la neige
Qu’écrasent des semelles

Mais dont la chute est libre
Qui vient de très haut

(Lucie Albertini)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La lumière que tu cherches (Marcel Béalu)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2017



La lumière que tu cherches
Elle n’est pas dans l’eau vive
Qui s’écoule de tes doigts

Elle n’est pas dans la flamme
Où seul ton corps se consume

Ne la cherche pas dans la nuit
Ni dans ce qui étincelle
A la surface du jour

Ce qui crépite et brasille
Meurt et s’éteint aussitôt
L’or pourrit sous les étangs
La lune habille des ombres

La lumière que tu cherches
Elle n’est pas dans tes mains
Elle est au bout du chemin

(Marcel Béalu)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cherchant sa route (Jacqueline Saint-Jean)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2017



Cherchant sa route dans la table des matières
buvant à même l’outre des mémoires
Phaïstos Phaïstos où se perdent les terres
chasse à courre des heures où tournent les veneurs
parfois le voyageur rêvait qu’il entendait la mer
Au fond de l’ombre alourdi de fatigue
posant sa tête sur le mufle humide de la nuit
glissant dans les pelages du sommeil
il retrouve le cours de la rivière enfantine
le soleil et ses vocalises
les herbes les hespérides
le secret d’un verger les paroles flottantes
pollen perdu qui vous entête bien plus tard

(Jacqueline Saint-Jean)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :