Arbrealettres

Poésie

Un baobab (Jean Orizet)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2017



Un baobab

Un paisible et géant baobab.

C’était la dernière vision humaine
qu’emportaient les esclaves noirs de Gorée
avant d’entrer, presque à quatre pattes,
dans les réduits ouvrant directement sur
la mer, d’où ils partaient pour les Amériques.

Chaque fois que l’un d’eux mourait,
dans ses fers, à fond de cale, il poussait,
quelque part sur une savane d’Afrique,
un baobab.

(Jean Orizet)


Illustration

Publicités

2 Réponses to “Un baobab (Jean Orizet)”

  1. raimanet said

    A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    Ce sont des arbres qui émergent de la savane, résistent à des chaleurs intenses, peuvent vivre très vieux et mesurer 40 mètres de haut.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Adansonia
    À Madagascar, on le nomme renala, ce qui signifie « mère de la forêt ».
    https://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A9e_des_baobabs

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :