Arbrealettres

Poésie

À deux (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2017




    
À deux
Mourrons-nous à la lueur de la bougie
récalcitrante
Où un papillon de nuit glorifie encore
l’instant dément

En un
Renaîtrons-nous aux ténèbres encerclantes
illimitées
Où une fumée s’évanouit, sans fin retraçant
nos songes croisés

(François Cheng)

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :