Arbrealettres

Poésie

Femme (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017



Femme

Nuage arrêté sur le clair d’un ciel de printemps
et qui déplume lentement sa divine tiédeur,
Nuage que crevasse la luxure violette
et où se noient — oh ! cette mer où bondissent
à la fois cataclysmes et soleils –
les auréoles rouges d’yeux
couchés sur un long sillon de volupté épaisse
comme des fleurs crucifiées par les charrues.

Plus haut éclatent deux gros orages
qui secouent leur pluie molle sur les chairs esclaves.
Nuage collé au sourire de cette étoile
qui décharné parfois son œil splendide au front de l’amour
écume qu’éveillent deux ruisseaux parfaits
dans le blanc baiser d’une union orgueilleuse.

Cela, c’est tout elle.
Elle dont les oiseaux reflètent la voix,
elle dont les fumées ont copié la chevelure,
elle dont la bouche mange aux lits des rivières
ces cailloux qui remuent des éclairs sous le soleil.

(Lucien Becker)

Illustration: Andor Novák

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :