Arbrealettres

Poésie

Les yeux blancs (Zbigniew Herbert)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2017



Les yeux blancs
Le sang vit le plus longtemps

il coule il est avide d’air
la transparence s’épaissit

desserre le petit noeud du pouls
le soir la colonne monte

à l’aube la bouche se couvre de moisi
de plus en plus près
d’une tempe qui se creuse

de paupières qui déclinent
les yeux blancs ne retiennent pas la lumière
le triangle brisé des doigts

le souffle ôté au silence
la mère crie
elle secoue un prénom inerte

(Zbigniew Herbert)

Illustration: Pablo Picasso

 

Publicités

2 Réponses to “Les yeux blancs (Zbigniew Herbert)”

  1. Lara said

    Un morceau de Guernica ton illustration?
    Vraiment dur ce poème

    • arbrealettres said

      oui TERRIBLE 😦
      oui à gauche sur le tableau, je ne l’avais jamais remarquée cette Mère tordue de douleur …

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :