Arbrealettres

Poésie

Alphabet (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



Alphabet

Tandis que j’étais dans le froid des approches de la mort,
je regardai comme pour la dernière fois les êtres, profondément.
Au contact mortel de ce regard de glace,
tout ce qui n’était pas essentiel disparut.
Cependant je les fouaillais, voulant retenir d’eux quelque chose
que même le Mort ne pût desserrer.
Il s’amenuisèrent et se trouvèrent enfin réduits à une sorte d’alphabet,
mais à un alphabet qui eût pu servir dans l’autre monde, dans n’importe quel monde.
Par là, je me soulageai de la peur qu’on ne m’arrachât tout entier l’univers où j’avais vécu.
Raffermi par cette prise, je le contemplais invaincu,
quand le sang avec la satisfaction, revenant dans mes artérioles et mes veines,
lentement je regrimpai le versant ouvert de la vie.

(Henri Michaux)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration: Gao Xingjian

 

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :