Arbrealettres

Poésie

Démâté de tous mâts (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



Démâté de tous mâts, le navire écoute le vent désormais inutile.
La
Tape de la balle est rapide qui frappe le guerrier, rapide et décisive.
Après, tout change.

Attente.
Attente démesurément longue.
Non, la soif ne fait pas lever la brise, il n’y faut pas compter.

En cette époque la disette gagna partout.
Les figures étaient contractées.
Le pain devint terreux.
Une pomme trouvée dans la terre était plus entourée qu’un proche parent.

En cette époque, la faim entra, la nourriture partit : partit pour servir sous le drapeau.
Le blé faisait du charbon, le lait nourrissait le canon.

Dans cette énormité mécanique, l’homme subalterne passait, essayant de ne pas se faire remarquer.

La quatrième croisade rapporta la lèpre, et toi, croisade pétaradante, que nous rapporteras-tu?

(Henri Michaux)

Illustration: Henri Bureau

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :