Arbrealettres

Poésie

L’OISEAU QUI S’EFFACE (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



L’OISEAU QUI S’EFFACE

Celui-là, c’est dans le jour qu’il apparaît, dans le jour le plus blanc. Oiseau.
Il bat de l’aile, il s’envole. Il bat de l’aile, il s’efface.
Il bat de l’aile, il réapparaît.
Il se pose. Et puis il n’est plus. D’un battement il s’est effacé dans l’espace blanc.
Tel est mon oiseau familier, l’oiseau qui vient peupler le ciel de ma petite cour. Peupler ? On voit comment ….
Mais je demeure sur place, le contemplant, fasciné par son apparition, fasciné par sa disparition.

(Henri Michaux)

Illustration

 

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :