Arbrealettres

Poésie

Ensemble s’attarder (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2017



Illustration: Carolus Duran
    
Ensemble s’attarder

Ensemble s’attarder par les noires charmilles
Que la lune extatique arrose
De clarté, qu’inondent d’un parfum de vanille
Et d’ambre doux les héliotropes et les roses;

Errer en des lueurs de topaze et d’opale,
Trembler d’une ivresse profonde
Et sentir dans son coeur la langueur qui s’étale
Du limpide silence épandu à la ronde;

Avoir l’âme suave autant que la lumière
D’Orion et de Bételgeuse,
Autant que la rosée aux guirlandes du lierre
Suspendant à la nuit sa pâleur nuageuse;

S’aimer si tendrement que tout s’évanouisse:
Boulingrins aux contours fantasques
Où les feuilles d’automne en lents tournoiements glissent,
Balustres descellés, flot s’écoulant des vasques;

Pour un baiser trop lent que tout s’évanouisse
Et que soudain la sombre allée,
Avec son banc moussu, comme nos coeurs s’emplisse
Du reflet frémissant de la nue étoilée!

(Marie Dauguet)

 

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :