Arbrealettres

Poésie

Archive for juillet 2017

AMIS D’AMOUR (Bernard de Naillac)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017



Illustration: Odile Wysocki-Grec
    
AMIS D’AMOUR

Restons amis, veux-tu? Rien qu’amis. L’attitude
En vaudra mieux, crois-moi, que de trouver un jour
Le premier abandon qui fait la solitude,
Nos sentiments fanés, d’anciens rêves d’amour !

Je suis émerveillé d’un rêve, que j’ignore…
Je crois en toi, mais davantage en l’amitié.
Restons ainsi, pour être un peu pareils encore :
N’est-ce pas suffisant, le bonheur à moitié ?

Amis, n’est-ce pas beau? Le soir ardent qui frôle
M’émeut profondément, ô mystère caché !
J’ai posé doucement ma tête à ton épaule :
Ton visage n’en est plus doux ni plus fâché…

Et c’est un geste las dont l’amour est complice ;
Tout bas, nous nous disons : un geste indifférent !
Cela parait une eau qui se sille et se lisse,
Quand le désir, parfois, apporte son courant.

Puis nous disons des mots quelconques… Nonchalance
D’un langage d’amour, dans les soirs éperdus.
Et nous nous comprenons avec des yeux d’absence,
Et ces mots — semble-t-il — étaient ceux attendus.

(Bernard de Naillac)

 

Recueil: Etincelles

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CALME (Bernard de Naillac)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017



Illustration: Ivan Calatayud
    
CALME

Je ne veux rien de toi, rien… sinon ta présence.
Oh ! laisse-moi, petite, espérer ce beau don ?
Celui d’un court moment, ta seule complaisance,
Rien qu’un instant perdu. Te voir ; mais d’amour, non !

Pas d’amour. Oh ! l’amour fait mal, aigrit ou brise ;
C’est un jeu trop cruel ! Et déjà j’ai souffert
De me voir lâchement désirer son emprise,
Cependant qu’insoumis… hors de sa loi de fer.

J’ai trop appréhendé, trop attendu ce rêve,
Trop cherché dans l’amour un idéal vainqueur,
Inatteignable en fait. De la part que cède Eve,
Je ne pouvais avoir qu’amertume et rancœur !

C’est une loi fatale… Oui, j’ai souffert, te dis-je,
Et je ne le veux plus — non, plus d’amour, oh ! non.
Que cette intimité — calme — soit un prodige ?
Peut-être ! mais ce geste, à lui seul, est pardon…

(Bernard de Naillac)

 

Recueil: Etincelles

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où vont les oiseaux qui quittent Leurs nids? (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017




    
Où vont les oiseaux qui quittent
Leurs nids?
Vont-ils y revenir?
Où construiront-ils une autre patrie?
Je m’interroge : mon exil m’écoute
Laissant la route qui m’ouvre l’inconnu
Se poursuivre dans mes yeux

(Adonis)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sa maison (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017



    

Sa maison —
Je l’ai tant souhaitée à l’air libre,
Sans battants, sans murs, sans couleurs
Je l’aurais aimée prairie
Le lit est de terre et herbe
Et anthémis les oreillers

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Angoisse (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017




    
Angoisse vêtue de la lumière
Du miroir
Blessures, donnez-moi ses bourgeons
Et ses plis
Et les merveilles de ses états
Donne-les-moi.

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lieu (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017



Illustration: Théodore Chassériau
    
Le lieu dont le visage est fait de vide
Et dont les mains sont de cendre
Le lieu qui n’est que ses propres fantômes
Le lieu où ses fantômes racontent
Ses traditions et ses passions
Le lieu qui n’est que poussière
Dans les vents du temps
Le lieu larme des chemins
Et pays ses tourments
Le lieu qui ne contient pas de lieu
Le lieu dont le soleil est né
Esclave

Quel lieu ont voulu nos corps?
Où? Et d’où? Comment y pénétrer?
Accueille notre serment
Parle-lui la nuit, étreins-le
Penche-toi sur lui et demande-lui
Quel est le nom du lieu voulu par nos corps?

(Adonis)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où est le tendre bourgeon (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017




    
Des fenêtres ouvertes, un olivier
Et des restes éparpillés
Où est ta tige?
Où est le tendre bourgeon
Ô rose des souvenirs.

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Là où tu es (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017



Illustration: Anne-Marie Zilberman
    
Là où tu es, tu dois être un corps qui va
Et vient autour de moi, comme sa maison
Ni rêve, ni image, ni illusion
Un corps qui se renouvelle entre mes lèvres,
Entre mes mains, dans ce que je vois, s’élève en moi
Redescend, un corps égal
Au feu à l’eau au vent et à l’alchimie

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’obéis pas à ton appel (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017




    
Je n’obéis pas à ton appel, soleil
Et ne me lèverai pas maintenant. Non
Les oreillers restent encore ivres
De la splendeur de nos corps
Et le lit est nostalgie…

Notre sommeil est voyage
dans la galaxie de nos passions

Notre sommeil est notre soleil

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu arrives (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2017



Illustration: Thierry Lambert
    
Tu arrives — tes bras sont deux chansons
Horizon séducteur
Sorti des blessures du lieu

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :