Arbrealettres

Poésie

MADRIGAL (Evariste Parny)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2017



 


    
MADRIGAL

Sur cette fougère où nous sommes.
Six fois, durant le même jour.
Je fus le plus heureux des hommes.
Nous étions seuls avec l’Amour.
Sur les lèvres de mon amie
S’échappait mon dernier soupir ;
Un baiser me faisait mourir,
Un autre me rendait la vie.

(Evariste Parny)

 

Recueil: Poètes du Baiser
Editions: Société des Éditions LOUIS-MICHAUD

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :