Arbrealettres

Poésie

Bien sûr (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2017



Bien sûr veille au bout du chemin
la grande bête rageuse.
Bien sûr dans la nuit tâtonnante
elle finira par trouver
le défaut de notre coeur.
Alors nous entrerons dans le domaine creux,
sans ombre ni mémoire
– ni toi ni moi, mais longue et froide transparence.

Vite, serrons entre nos mains nos visages,
l’impatience et la chaleur du sang.

(Jean Joubert)


Illustration: William Bouguereau

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :