Arbrealettres

Poésie

Verse, verse, tes baisers à mes sens inapaisés (Maurice Boukay)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2017



Illustration: Constantin Brancusi
    
Verse, verse, tes baisers
A mes sens inapaisés,
Jusqu’à la dernière goutte…

J’aime ton coeur inhumain;
Ta me trahiras demain,
Mais ce soir je t’aurai toute !

Qu’importent les trahisons
Des lèvres que nous baisons.
Si les lèvres sont jolies !

(Maurice Boukay)

 

Recueil: Anthologie universelle des baisers (III France)
Editions: H. Daragon

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :