Arbrealettres

Poésie

Le coup de vent ne retiendra rien (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2017



    

Le coup de vent ne retiendra rien.
Il disperse toute la senteur
Des champs de blé mûri à point
Craquant sous la chaleur de juin.
Seules les sauterelles sur épis
Crient leur soif à la vieille plaine,

Lorsque se tait la voix humaine.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard
Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :