Arbrealettres

Poésie

DEVANT LA COUR DESERTE (Fang Yanyi)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2017



estampe [800x600]

DEVANT LA COUR DESERTE

Combien profonde est la cour
Cachée derrière les saules légers
Voilée par un épais rideau de bambou
Je serre la bride de ma monture
Où est le chemin qui me mène
A mon rendez-vous amoureux dans haut pavillon?

A la fin du troisième mois
La tempête devient forte
La porte empêche la nuit de pénétrer à l’intérieur
Pourtant elle ne retient pas le pas du printemps
Je pleure devant les fleurs qui restent muettes
Elles s’envolent au-delà de la balançoire

(Fang Yanyi)

 Illustration: Han Gan

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :