Arbrealettres

Poésie

L’ALLIANCE (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2017



 

L’ALLIANCE

Foule d’yeux,
myriade, au fond des rétines creusées : l’image
du grand, du sans image
ancrée en nous.

Avec nos poumons de mante, nous,
les serviteurs, vivant dans le genièvre et le moellon,
rompions le pain plat
qui nous accompagnait, nous
étions des pas, errant
en aveugles, nous savions en ce temps-là
comment nous essouffler
pour rien.

Une perte
devenait
possible découverte.
Un nom,
traqué dans la poussière
de tout ce tournoiement, jamais
ne révélait son bruit. La montagne
était la piste
par quoi une souffrance animale
se repliait vers le gîte.

Toute la nuit
j’ai lu en braille les blessures
sur le mur intérieur
de ton cri, et au petit matin
épais, millénaire, je suis remonté
en toi, où tous
mes os se sont mis à
battre et
battre le coeur-tambour
jusqu’à la trame.

(Paul Auster)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :