Arbrealettres

Poésie

A l’Absente (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017




    
A l’Absente

Oui, c’est toi mon rêve suprême
Pendant ces longs, ces mornes jours
Où je pleure au fond de moi-même
L’exil triste de nos amours ! —

N’as-tu pas senti qu’un moment
Lasse de ses souffrances vaines
Mon âme allait éperdument
Vers tes chères lèvres lointaines ? —

N’as-tu pas entendu, ma blonde,
Le bruit d’un sanglot qui revient
Dans le coeur de la nuit profonde ? —
C’est mon amour qui se souvient. —

(Renée Vivien)

 

Recueil: Dans un coin de violettes
Editions: E. SANSOT & Cie

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :