Arbrealettres

Poésie

Me voici! (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2017


Ton regard tout de rêve et d’attente
Si offert à la transparence qu’à jamais
l’aube y dépose sa promesse

Aube de la vie, aube de ta vie, attendant
Qu’au fond de la nuit s’esquisse une âme sœur
et lentement prenne corps l’être de ton rêve
Sachant faire siens faim et soif, gel et flamme

Suivre en silence le courant des murmures
et remonter jusqu’à la source des larmes
Faire fi des saisons, des lointains
sur le long chemin qui mène vers toi

Cueillir en passant rosées d’été, pétales d’automne
frissons des grillons, laudes de l’alouette
Pénétrer l’intime de la moindre fibre
des feuilles, des fleurs, puis des fruits

Être humble assez pour entendre l’impalpable
dévoiler l’indicible, épouser l’inouï
Se dépouiller tel un arbre en hiver
ouvert aux affres et aux effrois

Dressant ses branches contre le ciel étoilé
Franchissant une à une les couches de la nuit
Et venir enfin
au-devant de la transparence de l’aube

Et te dire, avec l’évidence du jour,

«me voici!»

(François Cheng)

Publicités

3 Réponses to “Me voici! (François Cheng)”

  1. Magnifique poème ! Tout est beau. Le fond et la forme
    Quand il dit « Être humble assez pour entendre l’impalpable » c’est vrai, seul l’humilité nous permet de pénétrer dans la lumière.

    Mais en fait ça m’embête finalement de lire d’aussi beaux poèmes.
    Un auteur de théâtre très connu dont j’ai oublié le nom disait  » Je ne vais jamais voir les pièces de théâtre des autres car quand elles sont mauvaises je m’ennuie et quand elles sont bonnes ça m’ennuie. »
    Et moi c’est un peu pareil avec la poésie 😉 Quand on lit des poèmes comme ça on n’ose plus rien écrire ;-).

    • arbrealettres said

      TOUT A FAIT!!
      Alors imagine au bout de … 13 000 )))-: (enfin 13 000 que j’ai publiés!)
      Arrête de lire!! lol!!! (((-:
      Non en fait , pas tout à fait, et heureusement! Je pense que tous ces BEAUX poèmes sont autant de graines ou de terreau qui une fois « digérés »
      resurgissent mais sous TES propres mots. Ils nous font passer « la vitesse » supérieure, nous réclament une autre exigence…
      mais si la fibre poétique est là je suis sûr que ça ne peut pas arrêter la Muse! (((-:

  2. […] via Me voici! (François Cheng) — Arbrealettres […]

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :