Arbrealettres

Poésie

Archive for 26 juillet 2017

Que les atomes entrent dans la danse ! (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017



    

Il y a une désunion semblable à l’union qui est bonheur.
Par la mort du corps s’éclaire la lampe du cœur
Du rire de l’éclair le nuage se met en pleurs
Et quand le nuage pleure, le jardin se met à rire.

Quelle joie, lorsqu’à la perle je fus uni,
Telle une vague, avec le vent, tout mon être fut dispersé.
Dispersé comme l’éclair, de la mer, j’ai révélé les secrets,
Puis, comme un nuage vidé, au bord de l’eau, je me suis couché;

Que les atomes entrent dans la danse !
Afin que de joie sans pied ni tête,
les âmes entrent dans la danse.

Celui pour l’amour
de qui danse le firmament,
Je te dirai à l’oreille
où est le lieu de sa danse

(Mawlana Rûmî)


Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au sein de l’œuf du corps (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
Au sein de l’œuf du corps, tu es un merveilleux oiseau;
tant que tu es à l’intérieur de l’œuf, tu ne peux pas voler.
Lorsque la coquille du corps se brisera,
tu étendras tes ailes et tu obtiendras l’esprit

Tu ne trouveras rien de plus inanimé que mon corps.
Donne lui la lumière vivifiante de ton Essence!
Fais le devenir tout entier esprit,
ce corps qui sacrifie sa vie pour Toi

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pâle lune de la Saint-Jean (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017



    

Pâle lune de la Saint-Jean

En plein coeur de la clairière,
Le feu est allumé,
Du haut bûcher a jailli
La plus haute flamme,
Les cris se sont répandus
D’île en île…

Nous savons qu’impérissable
Restera notre soif
De rosées, de jus d’érable,
De fraises sauvages ;
Seule est perdue une enfance
Entre crépitements

Et clapotis.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’invisible contemple (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017



Illustration
    
L’invisible contemple,
Mais ne dit pas mot ;
L’invisible ressent,
Mais ne dit pas mot.
Parfois, trouant la mémoire,
Il nous réveille
Par un furtif geste.

La brume levée, le paysage
Un instant révélé :
Appel d’une prairie fleurie ?
Rappel d’une cascade cachée ?
Nous entendons pousser en nous
Le cri d’un geai,
Sans trouver le mot.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans cette rue où tout s’écoule Sans accroc (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
Dans cette rue où tout s’écoule
Sans accroc, tout marche sans faille,
Il arrive pourtant qu’en plein jour
Se produise un effondrement :
Une vieille dame qu’on aide à se
Relever, à s’asseoir sur un banc.

« Oh, non non, ce n’est rien ;
Mais pas à l’hôpital ! »
Reposez-vous un peu
Ici, en attendant… »
« Oh, j’ai bien tout le temps,
Personne ne m’attend… »
Ioi, ce jour, entre terre et ciel,
Une vérité est dite : «J’ai bien
Tout le temps, personne ne m’attend. »

Oh, nous les passants trop pressés,
Sommes-nous sûrs d’être attendus?
Sûrs d’avoir encore tout le temps?

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne rate pas le divin (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
Ne rate pas le divin,
Ne rate pas le destin !
Entends-tu ce qui
Vient de la flamme
Du corps, de la flamme
Du coeur, à l’heure
De l’abandon, à l’heure
Du crève-coeur, oe cri
Surgit un jour, à ton
lnsu, en ton plus profond,
Le transparent, le transportant
Le transfigurant, seul cri
Répondant à l’âme en attente,
Ame soeur.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Instant du don (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
Instant du don,
Quand, pour la première fois,
Ange, tu pénétras l’espace de l’attente,
À jamais porteuse de rêves,
À jamais porteuse d’élans,
Jet de lumière foudroyant
Le coeur du guetteur terrestre,
Y creusant une béance
Que seul comblerait un jour
L’inespéré.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Puisque le miracle a lieu (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
Puisque le miracle a lieu,
Présence à présence révélée,
Présence de présence pénétrée,
Épiphanie désormais,
Nulle saison en pure perte,
Nulle terre vaine,

A ciel ouvert, au centre
De la rencontre des soleils
Et des rosées terrestres,
La rose thé tant de fois meurtrie
Se sait jusqu’à la racine
Pour qui pour quoi désormais

Re-fleurir.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’ici là (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
D’ici là
D’un instant l’autre
L’inattendu adviendra
Quand le divin habitera l’intervalle.
Du dire à l’ouï-dire,
Du don à l’abandon,
Tout le souffle du printemps
Qu’un trait d’éclair retrace.
Les anciens rêves éclatant en bourgeon
Soif et ivresse demeurent intactes ;
Dans le rythme primordial retrouvé,
Source sera nuage et nuage averse.
D’ici là
D’un instant l’autre
Nous nous rejoindrons,
Chacun en avant de soi
S’étend de oe qu’il ouvre,
S’accroît de ce qu’il donne,
Toute fêlure offrande,
Toute en-tente
ex-tase.

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand la beauté t’habite (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
Quand la beauté t’habite,
Comment l’assumes-tu?
L’arbre assume le printemps
Et la mer le couchant,
Toi, comment tu assumes
La beauté qui te hante ?

Toi qu’habite la beauté,
Tu aspires à une autre
Plus vaste que le printemps,
Plus vive que le couchant,
— déchirante, déchirée —
Qui pourrait t’assumer

Hormis l’éternel Désirant?

(François Cheng)

 

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :