Arbrealettres

Poésie

On ne voit pas l’eau (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2017




    
On ne voit pas l’eau.
— Mais dans sa présence obscure
se baigne
l’éternelle nudité,
devant laquelle l’homme est aveugle. —

Et ce non voir que je sens, fixe
dans la nuit qui commence à verdir
— nuit intérieure, nuit du monde ? — ,
est plus que de la voir, c’est ne pas savoir
si c’est dans le monde ou dans mon âme
que se baigne l’éternelle nudité — la femme
seule —,
devant laquelle l’homme est aveugle.

***

No se ve el agua.
— Pero en su presencia oscura
se baña
la desnudez eterna,
para la que el hombre es ciego.—

Y este no verla que yo siento, fijo
en la noche que ya va verdeando
— ¿noche interior, noche del mundo?—,
es más que verla, es no saber
si se baña en el mundo o en mi alma
la desnudez eterna —la mujer
sola—,
para la que el hombre es ciego.

(Juan Ramón Jiménez)

 

Recueil: Poésie en vers
Traduction: Bernard Sesé
Editions: José Corti

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :