Arbrealettres

Poésie

Archive for 1 août 2017

L’arbre chante au fleuve (Léa Goldberg)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017




    
L’arbre chante au fleuve

Qui a porté mon automne doré,
Avec les feuilles mortes a ratissé mon sang,
Qui verra revenir mon printemps
Vers lui, au temps de l’année,

Mon frère le fleuve, qui se perd à jamais,
Différent et unique, chaque jour renouvelé,
Mon frère le flot qui glisse entre ses rives
Comme je coule du printemps à l’automne.

Car je suis le bourgeon et car je suis le fruit,
Je suis mon avenir et je suis mon passé,
Je suis le tronc stérile et esseulé,
Et tu es toi — mon temps et mon chant.

(Léa Goldberg)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: F. Kaufmann
Editions: Gallimard

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Europe, tard (Dan Pagis)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017




    
Europe, tard

Dans le ciel flottent des violons
Et un chapeau de paille. Excusez-moi, avez-vous l’année?
Trente-neuf années et demie, à peu près, il est encore très tôt,
Vous pouvez fermer la radio,
Permettez-moi de vous présenter le vent de mer, le vent vif de la jetée,
Espiègle en diable,
Qui fait tourbillonner des robes-cloches, tapote
Sur des journaux inquiets : tango ! tango !
Et le jardin de la ville joue sa musique,
Je vous baise la main, Madame,
Votre main délicate comme
Un gant de peau blanc,
Tout s’arrangera
En rêve,
Ne vous inquiétez pas, Madame,
Ici une telle chose n’arrivera jamais,
Vous verrez que jamais
Ici

(Dan Pagis)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Écrit au crayon (Dan Pagis)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



Illustration
    
Écrit au crayon
dans le wagon scellé
Ici dans ce convoi
Je suis Ève
Avec mon fils Abel
Si vous voyez mon fils aîné
Caïn fils d’Adam
Dites-lui que je

(Dan Pagis)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où (Dan Pagis)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



Illustration: Edward Hopper
    

Je suis caché dans ma chambre, mais j’ai oublié où.
Je ne suis pas dans l’armoire.
Pas derrière le rideau.
Pas non plus dans la forteresse entre les pieds de la table.
Le miroir ne me contient pas.
Il me semble brièvement être dans le tableau sur le mur.
Si quelqu’un m’appelle un jour
je répondrai et je saurai : me voilà.

(Dan Pagis)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du jour à la nuit (Dalia Ravikovitch)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



    

Du jour à la nuit

Je me lève chaque matin de mon sommeil
Comme pour la dernière fois.
Je ne sais ce qui m’attend
Et peut-être qu’au fond
Rien ne m’attend.
Le printemps qui vient est celui qui fut.
Je sais ce qu’est le mois d’Iyar
Et je m’en moque.
Je ne sens pas le passage du jour à la nuit.
Si ce n’est que la nuit est plus fraîche
Et que le silence est le même aux deux.
Le matin j’entends le chant des oiseaux
Je m’endors aisément
Dans mon affection pour eux.
Celui qui m’est cher n’est pas là
Et n’existe peut-être même pas.
Je passe du jour au jour
Du jour à la nuit
Comme une plume
Qu’un oiseau ne sent pas tomber.

(Dalia Ravikovitch)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: J. Milbauer
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chant des oiseaux à midi (Dalia Ravikovitch)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017




    
Chant des oiseaux à midi
Ce pépiement
N’est certes pas méchant.
Ils chantent sans penser à nous
Et ils sont aussi nombreux que la semence d’Abraham.
Ils ont leur propre vie
Et voler est pour eux chose normale.
Certains sont oiseaux rares et d’autres vulgaires
Mais toute aile est grâce.
Leur coeur n’est jamais lourd
Même en piquant un ver.
Peut-être sont-ils simplement insouciants.
Les cieux sont leur royaume
De jour et de nuit.
Et lorsqu’ils touchent une branche
Elle est leur aussi.
Ce pépiement est dénué de malice
Et avec le temps il paraît même
Plein de compassion.

(Dalia Ravikovitch)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: J. Milbauer
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme deux bêtes sauvages (Yaacov Steinberg)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



Illustration: Pascal Renoux
    
Comme deux bêtes sauvages

Comme deux bêtes sauvages perdues dans la nuit, assoiffées,
errant de-ci, de-là, pantelantes, en quête d’eau douce,
et s’abattant sur les rives d’un lac silencieux,

Deux bêtes qui, ayant surpris des sons dans l’obscurité,
à la fois désespérées et sur leurs gardes
trempent un instant seulement le bout de leur langue
dans les vagues muettes, puis la rétractent,

Ainsi, dans l’ardeur aride de notre nudité,
nous nous sommes arrêtés, désespérés, enlacés,
au bord du fleuve immobile des voluptés dormantes.

(Yaacov Steinberg)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: L. Schechtman
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Non, tu ne sais pas (Shaül Tchernichovsky)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



Illustration
    
Non, tu ne sais pas

Non, tu ne sais pas ta beauté,
La longueur de tes jambes,
Le secret prodigieux
Qui file vers une hanche suave,
Vivace et ténu, gracieux et coquet,
Telle la trace d’une sirène sur la dune
Par la lame rejetée…
Non, tu ne sais pas ta beauté !

Non, tu ne sais pas ta beauté !
Tes yeux, deux amandes
Taillées couleur de mer,
Captifs du secret de la création,
Témoins des mystères d’une décision
Qui t’appellent dans une langue perpétuée,
Séduisants ensorceleurs.

Tu ne réponds pas, figée d’immobilité.
Non, tu ne sais pas ta beauté !
Non, tu ne sais pas ta beauté !

Pour mon bonheur, parfois,
Tu es toute à moi,
Caprice turbulent, tempête déchaînée.
Prise et pas prise, attrapée et manquée,
Conquise et libre, étincelle rescapée du feu,
Oisillon au nid resté,
Non, tu ne sais pas ta beauté !

(Shaül Tchernichovsky)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: M. Itzhaki et M Garel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À l’heure du crépuscule (David Vogel)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



Illustration: Samuel Van Hoogstraten
    
À l’heure du crépuscule,
sur les brouillards gris de l’automne,
la jeunesse me quittera
à pas feutrés.

Je me tiendrai penché à la fenêtre
et lui lancerai avec tristesse :
«Bon voyage ! »

Sur mon dos frissonnant
la nuit lente grimpera

Se coulant aussi dans mon visage ridé.

Et au loin,
la jeunesse m’aura quitté
à pas feutrés.

(David Vogel)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne crains rien, mon enfant (David Vogel)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



 

    

Ne crains rien, mon enfant

Ne crains rien, mon enfant,
Ce ne sont que deux souris
Trottant de la table à la chaise.
Elles sont bien plus menues que toi
Et ne pourront te dévorer.

Ne crains rien, mon enfant,
Ce n’est que l’index mouillé de la pluie
tambourinant sur la vitre.
Nous ne lui ouvrirons pas.

Cache-toi au plus profond de moi
Moi qui suis ta mère.
Nous étendrons la sombre nuit sur nos têtes
Et nul ne saura nous trouver.

(David Vogel)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: L. Schechtman
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :