Arbrealettres

Poésie

Lorsque tes mains légères (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017



Illustration: Ron Mueck   
    
lorsque tes mains légères
intensifient mes battements
mes mains n’osent plus
s’approcher et s’évanouissent
tes paroles disent l’inflexion
de ma voix et dans tes traces
mes pas suivent ton rythme
qui se retient ou se réveille
ton visage comme un voile
aérien recouvre mon visage
et mon corps est entièrement
abstinence de ton corps
une longue corde entraîne
cette barque sans rames
qui ne peut ni échouer
ni naviguer

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :