Arbrealettres

Poésie

Quelqu’un de mon corps (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017




    
quelqu’un de mon corps
descend l’escalier du matin
le regravit l’après midi
arrose les plantes du balcon
veille sur les mêmes rues
les gens les nuages la pluie
rouvre et referme le lit
les portes et les fenêtres
transite par des parages
sans dates étranges
et familiers

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :