Arbrealettres

Poésie

La barque d’un corps apaisé vogue lentement sur les couleurs du soir (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017



La barque d’un corps apaisé
vogue lentement sur les couleurs du soir
temps et lumière de crépuscule
faisant frémir la cendre et le silence
notre désir entre dans la nuit
précédé de l’amour
cet amour reconnu dans les perles de l’absence.

Il est le visage et la main le rire
la grâce du corps endormi
le chant des larmes entre les dunes.

La nudité est un soir d’été
une flamme entre nos mains gardée
un fleuve solitaire dont nous sommes l’origine et la source.

(Tahar Ben Jelloun)

Publicités

2 Réponses to “La barque d’un corps apaisé vogue lentement sur les couleurs du soir (Tahar Ben Jelloun)”

  1. Lara said

    Très beau

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :