Arbrealettres

Poésie

Pendant que vous lisez ce poème (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017



Illustration: Philippe Cognée
    
Pendant que vous lisez ce poème
Combien d’êtres rendent l’âme
Et combien voient le jour?
Combien de cris de joie
Combien de larmes et d’yeux fermés sur le silence?
Combien sont-ils à faire l’amour et d’autres rêvent de voyage
Combien attendent le coucher du soleil
Pour toucher un salaire misérable et acheter du riz ou du pain ?
Dites-vous que vous n’êtes pas seul
Et pourtant plus la population augmente
Plus l’angoisse repue ruisselle dans notre gorge
Car la solitude rôde et menace

(Tahar Ben Jelloun)

 

Recueil: Que la Blessure se ferme
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :