Arbrealettres

Poésie

Tu frappes à chaque porte (Rabah Belamri)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2017



Illustration: Henri Martin    
    

tu frappes à chaque porte
tu demandes le seuil de la blessure
ta langue est une lampe
agitée par un souvenir de vent d’épines
parfois
ta main effleure une épaule
une ombre qui n’est pas la tienne marche
près de toi

(Rabah Belamri)

 

Recueil: Corps Seul
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :