Arbrealettres

Poésie

Archive for 12 août 2017

Où va l’âme après la mort ? (Jakob Böhme)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



    

Où va l’âme après la mort ?

Il n’est pas nécessaire
qu’elle aille nulle part.

(Jakob Böhme)

 

 

 

 

Publicités

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Les Quatre Voeux bouddhiques (Sagesse du Bouddhisme)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017




    
Les Quatre Voeux bouddhiques

Si nombreux que soient mes défauts,
Je m’efforcerai d’en triompher.

Si difficile que soit l’étude,
Je m’appliquerai à l’étude.

Si ardu que soit le chemin de la Perfection,
Je ferai de mon mieux pour y marcher.

Si innombrables que soient les créatures errantes
dans l’étendue des trois mondes,
Je travaillerai à les sauver.

(Sagesse du Bouddhisme)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vie est belle (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Amedeo Modigliani
    
La vie est belle, belle à en crier.
A chaque carrefour, elle change de tête,
à chaque baiser, elle change de bouche,
à chaque femme, elle change de seins.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La femme est une flamme (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017




    
La femme est une flamme,
Il faut s y brûler.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Je suis couvert de la mort (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration
    
Je suis couvert de la mort comme d’un lichen
sans autres racines que celles de mes mains,
que celles de mes songes dans la nuit
ou que celles de mes pas aussitôt effacés.

Le sang levé pour le bonheur
ne monte pas au-dessus des mains
qui l’entourent, elles-mêmes prisonnières
de la terre qui se ferme jusqu’en leurs doigts.

Et pourtant le soleil tient la plaine contre lui.
Il n’y a plus d’ombre au fond des arbres,
il n’y a plus qu’une clarté sans paupières
qui touche le monde à la place des sources.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De mon enfance (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Edward Hopper

    

De mon enfance, je revois le couchant
s’étendre sur le plancher usé
et se replier lentement dans l’ombre
comme un épi trop lourd de blé.

Aux quatre coins du corps,
le coeur tire sur ses liens.
j’ai peur de vivre derrière ces vitres
tant elles sont béantes et vides.

Je ne respire pas plus qu’un objet.
Où sont les chemins descendus du soleil
vers l’après-midi si large de l’été ?
Au soir, on retrouvait les sources perdues.

Derrière les murs, plus vivantes en leur nudité
et renversées parmi leurs seins, les femmes
sont les plus belles blessures du monde
avec leur sexe, leur bouche et leurs yeux.

Au-dessus de la terre, il y a une chambre
où la solitude et le papier peint sont éternels.
Quand je n’y suis pas, des femmes de clarté
vont au-devant du jour ou de l’armoire

et, dès que je rentre, rejoignent mes yeux.
Gardiennes de secrets, elles revivent en moi
comme un buisson éperdu de printemps.
Le coeur s’enfonce dans le corps

tiède de pleurs, de plantes et de sources.
La voix n’a plus d’ombre, ni de retard
et monte comme une lame ensanglantée
de la terre entr’ouverte par le ciel.

Une grande amertume envahit la fenêtre
qui dénude le front avec un reste de jour
en y laissant la cicatrice des veines
et partout le rire jaillit des bouteilles.

(Lucien Becker)

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le plafond trop bas (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration
    

Le plafond trop bas écoute
s’il monte quelqu’un dans l’escalier.
La même ombre s’approche
avec le même tintement de coeur.

Dans la chambre sans lampe
que celle qui vient de la rue,
le feu fond dans ses cendres
et ne réchauffe pas la nuit

mes mains atteignent les choses
qui m’aiment en silence
comme des chiens trop doux.
Plus proche de moi que la douleur

la fenêtre m’éclaire de sa blessure.
J’ai vu, la nuit, des vitres béantes
qui suivent les gens comme des rails
et ne les quittent qu’à la mort.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HOMME QUOTIDIEN (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Gilbert Garcin
    
L’HOMME QUOTIDIEN

Le vent se lève soudain d’une flaque
où par places se heurtent et se traquent
les meurtrissures de la nuit
et celles plus profondes du soleil.

La terre est froide et grande à son réveil
comme une chambre sans feu.
Je suis seul au bord de ma bouche lasse,
une cigarette respire à ma place.

Je me hâte vers un couloir sans fin
où les portes font des taches de tunnel,
où les ombres se cognent sans souffrance
et où les murs sont sales et éternels.

La lumière semble lourde et voûtée
sur un monde sans miracle, ni gaieté.
Dans la nudité du sang qui tourne en moi,
je respire le même caillou froid.

D’autres vivront ma vie à leur tour,
solitaires entres les hauts murs du coeur.
Seule la tête change de regard,
du coeur part la même plante de douleur.

[…]

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est vain de courir la terre (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017




    
Il est vain de courir la terre d’île en île
de continent en continent, de ville en ville,
puisque toute l’histoire de l’être se passe
d’une tempe à un poignet battant d’un seul sang.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les mots ont été créés (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



 

Illustration
    
Les mots ont été créés
pour qu’en fermant les yeux
je puisse venir à toi
sans faire un mouvement.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :