Arbrealettres

Poésie

Le plafond trop bas (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration
    

Le plafond trop bas écoute
s’il monte quelqu’un dans l’escalier.
La même ombre s’approche
avec le même tintement de coeur.

Dans la chambre sans lampe
que celle qui vient de la rue,
le feu fond dans ses cendres
et ne réchauffe pas la nuit

mes mains atteignent les choses
qui m’aiment en silence
comme des chiens trop doux.
Plus proche de moi que la douleur

la fenêtre m’éclaire de sa blessure.
J’ai vu, la nuit, des vitres béantes
qui suivent les gens comme des rails
et ne les quittent qu’à la mort.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :